Une équipe de chercheurs de la ville de Buffalo (Etat de New York, Etats-Unis) a mis au point un nouveau produit utilisé pour les soins post-chirurgie, à base de peau d’axolotl (Ambystoma mexicanum), salamandre mexicaine connue pour ses capacités de régénération. Ce produit remplacerait les compresses chirurgicales, temporaires ou permanentes, utilisés pour aider à la cicatrisation des plaies et au maintient des organes. Les axolotl seront élevés et maintenus au sein de l’Université du Kentucky.

L’axolotl, une salamandre particulièrement populaire

Rappelons que les salamandres, et l’axolotl en particulier, intéressent la science depuis longtemps pour leur capacité de régénération. En effet, ceux ci sont capables de dé-différencier et de re-différencier leurs cellules. Ainsi, suite par exemple à l’amputation d’un membre, le corps humain génère du tissu cicatriciel qui va couvrir la plaie et empêcher le saignement. En revanche, les cellules de l’axolotl, par exemple ses cellules de peau, vont redevenir des cellules souches, se multiplier, puis se transformer en cellules osseuses, nerveuses, musculaires, etc. Cela permet donc la repousse totale du membre amputé, parfaitement fonctionnel, sans aucune cicatrice. L’axolotl peut régénérer ses membres, mais aussi ses organes, ou des parties de son cerveau. Toute blessure qui ne tue pas l’animal, pourvu qu’elle ne s’infecte pas, ne donne suite à aucune conséquence.

Rappelons également que l’axolotl, endémique d’un seul endroit au monde, le lac de Xochimilco près de Mexico. A cause de l’urbanisation, de la pollution et de l’introduction par l’homme de poissons dans ce lac, l’axolotl est aujourd’hui quasiment disparu à l’état sauvage (statut de conservation de l’UICN « CR », risque critique d’extinction). En revanche, plusieurs spécimens ont été prélevés par des scientifiques. Par exemple, les premiers axolotl à arriver en Europe ont été hébergés par le Jardin des Plantes de Paris, au XIXème siècle. Cette salamandre étant relativement facile à élever et à reproduire, les descendants de ces premiers spécimens capturés existent encore aujourd’hui, et en font l’espère de salamandre la plus populaire en tant qu’animal de compagnie. A note que la forme la plus commune en captivité est la forme leucistique, de couleur rose pâle avec les yeux noirs. Cependant, l’axolotl à l’état sauvage est bien différent, de couleur gris foncé et brun.

RS

Source : Buffalonews, cliquer ici.