La récente réunion de l’ONU a donné lieu à plusieurs images chocs. Entre Donald Trump qui menace de détruire la Corée du Nord, Emmanuel Macron qui continue son entreprise de séduction planétaire ou encore Poutine qui avait piscine, nous avons été servis en grands moments. Mais si les analyses politiques fleurissent dans tous les média, il reste une question cruciale qui n’est pas traitée : et si les 5 Présidents du Conseil de Sécurité de l’ONU étaient des tritons ou des salamandres ?

Donald Trump, plus mexicophile qu’il n’y parait

Donald Trump

Donald Trump

Axolotl

Sourire, coupe de cheveux.. Un autre Donald

Donald Trump est grand. Donald Trump est gros. Donald Trump a une drôle de coiffure. Il a un appétit singulier, pour la nourriture, pour la destruction, pour la provocation. Sans aucun doute, Donald Trump est un axolotl. Cette salamandre aquatique à l’appétit démesuré présente des branchies externes sur les côtés de la tête qui lui font une drôle de houppette. Et les personnes en ayant élevé en aquarium peuvent en témoigner : ce sont de vrais bulldozer ! Ce n’est même pas la peine d’essayer de planter une plante. Le green, très peu pour eux. Des cailloux, de la boue et encore des cailloux, voilà ce qu’il leur faut. Avec potentiellement une jolie plante verte, mais pas trop encombrante, et fausse de préférence. A l’origine de couleur noire ou brune, il est aujourd’hui de meilleur ton d’être tout blanc. Certains pensent même que l’axolotl original est dépigmenté. L’axolotl est aussi l’incarnation de Xolotl, dieu aztèque de la difformité, ultime affront pour le président américain. Difforme, pourquoi pas. Mais Mexicain, jamais de la vie !

Theresa May, ou le réflexe de l’autotomie

Theresa May

Theresa May

Batrachoseps ssp

L’autre Theresa May

Madame le Premier Ministre est un animal bien particulier. Arrivée sur le devant de la scène presque malgré elle, après le suicide politique de David Cameron et les courageuses fuites de Boris Johnsson et autre Nigel Farage, elle n’était pas faite pour la lumière. Malgré son talent, elle apparaît largement sur la défensive, et ses déclaration ressemblent plus à des balles tirées dans le pied qu’à actions réfléchies. L’hésitation n’est plus permise, Theresa May est une salamandre mince américaine, un batrachoseps. Plutôt faits pour vivre à l’ombre, sous le sol, dans les souches mortes, ils y sont de redoutables prédateurs. Mais dès qu’ils quittent ces cachettes, il sont en proie à des paniques pas forcément justifiées. Alors, au moindre coup de vent, ils abandonnent leur propre queue et s’enfuient, laissant leur queue bouger pour distraire ce redoutable prédateur qu’est la feuille morte tombée à 3 mètres d’eux. L’animal en ressort très affaibli, mais néanmoins vivant. Si on peut saluer l’instinct de survie, on peut se demander si la menace justifie ce comportement.

Xi Xinping, l’impérialisme oui, mais pas trop loin

Xi Jinping

Xi Jinping

Andrias Davidianus

La salamandre géante de Chine

S’il y a bien un leader chinois récent qui symbolise la soif de l’Empire du Milieu de revenir sur le devant de la scène, c’est bien le Président Xi. Arrivé pour prendre la suite d’un Hu Jintao en perte de vitesse, il a montré rapidement montré les muscles. Fidèle à la vision géopolitique chinoise, il préfère dominer l’Asie que s’intéresser au monde. Ses méthodes restent néanmoins assez éloignées de ce qu’on attendrait d’un président chez nous. On peut donc affirmer, avec certitude, que Xi Xinping est une salamandre géante de Chine. Elle ne sort jamais de sa rivière, mais elle y règne en maître. Même les poissons, redoutables prédateurs des salamandres en général, se retrouvent au menu de ce colosse d’1,8 mètres. Et si la Chine a récemment dépassé le Japon comme leader économique et politique de l’Asie, il en va de même pour la salamandre géante. Non contente d’être plus grande que sa cousine japonaise, elle est aussi en train d’envahir les rivières nippones. Mais le danger quand on essaye de dévorer tout le monde, c’est qu’au bout d’un moment, il n’y a plus personne à manger dans la rivière. Mais la salamandre géante a-t-elle les reins assez solides pour se chercher de nouveaux terrains de chasse ?

Vladimir Poutine, un gentil triton ?

Vladimir Poutine

Vladimir Poutine

Triturus cristatus

Le triton crêté

Vladimir Poutine est une icône. Les partisans d’un nouvel ordre mondial y voient une sorte de messie. Un porte-étendard d’un monde moins américanisé. Et pour trouver sa place entre les deux gloutons que son l’axolotl Trump et la salamandre géante Xi, il ne lésine pas sur les moyens. Comment, dans ces conditions, ne pas voir que Poutine est un triton crêté ? Grand pour l’Europe, mais trop petit pour le monde, ces tritons aiment se grandir. Le mâle se pare à la saison des amour d’une crête à faire pâlir toutes les femelles. chez cette espèce, le mâle est magnifique, la femelle l’est beaucoup moins. Ce machisme injustifié est tout à fait dans les habitudes de Vladimir Vladimirovitch. Sa face visible noire, terrifiante, contraste avec sa face cachée jaune vive, solaire. Forts de ce constat, on en est persuadés, Vladimir Poutine est en fait un gentil. On l’autorise donc à être représenté par une espèce de tritons.

Emmanuel Macron, dans l’eau, et en même temps à terre ?

Emmanuel Macron

Emmanuel Macron

Ichthyosaura alpestris

Une pose classique chez les alpestres

Notre président est petit, mais il est beau. Notre président ne paie pas de mine, mais il a l’air quand même sacrément costaud. Notre président est très européen, et jouit d’une forte popularité dans le monde entier. Notre président est donc un triton alpestre. Ces petits tritons, qui affichent des couleurs remarquables, sont parmi les plus répandus en Europe. On les croise des mares forestières aux lacs d’altitude, de l’Espagne à la Roumanie, du Danemark à la Grèce. Le mâle, petit et agile, n’hésite pas à séduire des femelles beaucoup plus âgées que lui*. Ces tritons disposent aussi d’une grande popularité chez les éleveurs du monde entier, en particulier aux Etats-Unis. Aussi à l’aise à ma droite, dans l’eau, qu’à ma gauche, à terre, ils aiment cependant pas être dans les deux à la fois. Ou en même temps. Ils passent donc par plusieurs périodes. Et il faut dire qu’en lacs d’altitude, où ils dominent tous les autres, la période de mai à septembre est plutôt consacrée à la vie aquatique.

RS

Note (*) : c’est le cas d’absolument toutes les salamandres. Mais nous avons choisi de le rappeler ici.