Tout commence dans les années 1960, dans l’ouest des Etats-Unis. Un feu de camp, trois campeurs allongés, dorment d’un sommeil éternel. Contrairement au Dormeur du Val, pas de trous rouges, mais une infusion très spéciale : dans leur récipient à café, un triton mort, bouilli.

Ce triton est appelé le triton rugueux de Californie, Taricha granulosa pour les intimes. A première vue pas très impressionnant, il est pourtant le protagoniste majeur d’une course à l’armement secrète et silencieuse. Bien que moins impressionnante que les joutes entre Stanline et Truman ou Khrouchtchev et Kennedy, elle n’en n’est pas moins mortelle. L’autre protagoniste de cette guerre froide est la “couleuvre jarretière”, de la famille des Thamnophis pour les intimes.

Thamnophis_sirtalis_sirtalis_Wooster

La “couleuvre jarretière”

La couleuvre mange le triton. Seuls les tritons les plus toxiques survivent. Les tritons sont donc de plus en plus toxiques. La couleuvre mange le triton. Seules les couleuvres les plus résistantes au poison des tritons survivent. Les couleuvres sont donc de plus en plus résistantes. Ce cycle dure depuis plus de 40 millions d’années, et fait qu’aujourd’hui, un tout petit amphibien peut être assez toxique pour tuer trois grands campeurs américains adultes. Et il justifie le titre de cet article, digne d’un film sur Syfy.

La toxine du triton, nommée tétrodotoxine (ou TTX), est un puissant poison neurotoxique, présent aussi chez certaines espèces de tritons et salamandres, certaines grenouilles ou chez le fugu, poisson apprécié des Japonais. Ce poison, qui n’a pas d’antidote connu, bloque les transmissions nerveuses. Concrètement, le système nerveux ne contrôle plus les muscles, qui se retrouvent paralysés. Quand on sait que le diaphragme et le cœur sont des muscles, on comprend les implications de ce poison : paralysie du corps, puis arrêt le plus souvent respiratoire, ou parfois cardiaque. Il ne cause cependant aucun symptôme psychologique : la victime reste parfaitement consciente de ce qui lui arrive.

Mais comme beaucoup de poisons, le TTX est très prometteur d’un point de vue médical. En effet, les recherches pharmaceutiques ont permis de sécréter, à partir de ce poison, un puissant anti-douleur (notamment l’entreprise WEX, et son médicament le Tectin). Plus puissant que la morphine, il ne cause cependant aucune addiction. Le graal des analgésiques ? Peut être, le médicament et toujours en test et n’est pas encore commercialisable, mais il est prometteur.

Il est à noter que l’on peut assez facilement se procurer cette espèce de triton dans le commerce, mais que celle-ci est soumise à des autorisations spécifiques, délivrées en préfecture (Certificat de capacité, autorisation d’ouverture d’établissement d’élevage). Réservé donc aux initiés !

Pour fini en images, la video Youtube suivante illustre bien ce joli combat entre le triton, la couleuvre, et une grenouille malheureuse qui passait par là (cliquer ici)

RS